Infiltrations

Qu’est-ce qu’une infiltration ?

Il s’agit de l’ injection, d’un médicament destiné à agir au contact d’une lésion, par exemple :

– autour d’un tendon pour une tendinite

– dans la cavité articulaire pour une arthrose ou une arthrite inflammatoire

– dans le canal carpien pour diminuer la compression du nerf médian

Le traitement appliqué localement, éventuellement avec l’aide de la radiologie, sera bien plus efficace qu’un traitement par voie générale (qui peut néanmoins vous êtes prescrit en complément).

Quels sont les produits utilisés ? 

 – Le plus souvent, il s’agit d’une suspension d’un corticoïde (anti-inflammatoire puissant) .

– Dans d’autres cas, il s’agit d’un anesthésique local, afin de faire disparaître la douleur. On peut aussi utiliser un mélange des deux.

Que faut-il déclarer avant une infiltration?

– si vous êtes diabétique : certains produits d’infiltrations peuvent modifier l’équilibre de votre traitement, ce qui nécessite une surveillance plus attentive pendant quelques jours

– si vous suivez un traitement pour une hypertension artérielle ou une maladie cardio-vasculaire.

– si vous suivez un traitement anticoagulant ou fluidifiant du sang.

– si vous avez actuellement une maladie infectieuse ou si vous avez une fièvre ou une infection cutanée.

– si vous êtes allergique ou sujet aux malaises.

– si vous souffrez ou avez souffert d’un ulcère gastrique ou duodénal.

– si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

Toutes ces situations ne sont pas des contre-indications formelles à l’infiltration, mais il faut en tenir compte pour juger de l’opportunité de réaliser l’injection, de la nécessité de prendre des précautions supplémentaires ou d’effectuer une surveillance plus particulière.

Quels sont les risques des infiltrations?

– Lorsque l’infiltration est effectuée par un praticien entraîné (l’infiltration est un geste habituel), les risques sont très faibles.

– La complication la plus sérieuse est la survenue d’une infection au point d’injection, provoquant une arthrite septique ou un abcès. Son risque est estimé à moins d’une pour 71.000 infiltrations.

L’infection se traduirait par un gonflement très douloureux et chaud, parfois avec de la fièvre dans les jours suivants. Il faudrait dans ce cas prévenir aussitôt votre praticien qui mettrait en route le traitement approprié.

– Parfois peuvent survenir des rougeurs du visage survenant par des bouffées avec une sensation de chaleur.

– On observe souvent une réaction locale douloureuse dans les heures qui suivent l’injection. Elle cède habituellement avec un traitement antalgique, ou spontanément.

– Une infiltration très superficielle, peut laisser une marque au niveau de la peau : une dépigmentation, ou une fonte de tissu graisseux sous-cutané.

– Comme pour toute injection, une allergie, un malaise ou même un choc allergique sont toujours possibles, mais ils sont très rares avec ce type de produits.

Les autres effets secondaires connus des traitements corticoïdes par voie générale ne se produisent jamais avec les infiltrations (à moins de dépasser de très loin les quantités habituelles) : troubles endocriniens, troubles digestifs, déminéralisation du squelette, troubles cutanés, oculaires…n’ont jamais été observés à la suite d’une utilisation normale des infiltrations.

Mise à jour le 24 avril 2016