Canal carpien chez les musiciens

Le syndrome du canal carpien est une des affections les plus fréquentes au membre supérieur. Simplement gênante au début, cette affection devient invalidante à un stade plus évolué, entraînant unrisque de perte de sensibilité des doigts et de paralysie de certainsmuscles du pouce. Ces déficits neurologiques peuvent devenir définitifs.

Le traitement le plus efficace est le traitement chirurgical. Toutefois — et particulièrement chez le musicien — la prévention et le traitementmédical ont une place indiscutable. En effet, la gêne temporaireentraînée par le traitement chirurgical n’est pas toujours compatible avecune pratique musicale professionnelle.

 La pratique d’un instrument peut-elle provoquer un syndrome du canal carpien ?

Certaines activités répétitives sont effectivement favorisantes. Il s’agit d’activités nécessitant de la force et une flexion ou extension importante du poignet. Ce sont typiquement les postes de manutention sur des chaînes alimentaires ou des usines d’assemblage à cause des mouvements rapides et répétitifs de flexion des doigts avec le poignet en flexion.

On s’est posé la question de savoir si les mouvements répétitifs des doigts des musiciens ne pourraient pas être la cause de la survenue du syndrome du canal carpien comme chez les ouvriers dans l’industrie. Les arguments pour un tel lien de cause à effet sont faibles. On considère actuellement que la pratique instrumentale -sauf cas particuliers de certaines percussions – n’a aucun rôle dans la survenue du syndrome du canal carpien .

Toutefois, certaines études recommandent d’éviter de maintenir les positions extrêmes du poignet pendant de longues durées et de faire des pauses par intermittence pourrait aussi avoir un effet favorable.

Certains traitements non chirurgicaux sont efficaces mais temporairement

  • Les attelles de poignet

Ces attelles — maintenant le poignet en rectitude — sont conseillées dans les formes débutantes. L’attelle est portée la nuit ou durant les activités à risque pendant six à douze semaines .

  • Les infiltrations

C’est le traitement médical le plus efficace. Il s’agit d’une injection de cortisone dans le canal carpien qui fait diminuer le volume des tendons et donc diminuer la pression sur le nerf. L’infiltration peut être réalisée en consultation, c’est un geste pratiquement indolore, pratiquement sans danger et qui soulage les symptomes pendant 2 à 3 mois dans la plupart des cas.

En savoir plus sur les infiltrations

  • Les exercices de glissement du nerf

Ces exercices se rapprochent des mouvements spontanés pratiqués pour faire disparaître les fourmillements la nuit. Il est conseillé  par Roz Maryn  (1998) d’alterner les différentes positions en les maintenant pendant sept secondes et de répéter l’ ensemble de ces exercices cinq fois par jour. Il n’y a à ce jour aucune preuve solide de leur efficacité.

  • Les ultrasons auraient un effet sur l’amélioration de la conduction nerveuse et sur la lutte contre l’inflammation. La durée de ce traitement le rend difficilement réalisable car chaque séance dure environ 15 minutes et il faut environ 20 séances de traitement en 7 semaines. Il n’y a à ce jour aucune preuve de leur efficacité.

Traitement médical chez les musiciens

Les traitements non chirurgicaux sont réservés aux cas bénins. Lorsque l’atteinte est très sévère, il n’y a aucune place pour le traitement médical qui pourrait augmenter le risque de séquelles définitives en prolongeant l’évolution.

Le traitement médical (principalement les infiltrations) est particulièrement utile chez les musiciens qui doivent effectuer un concert dans les trois semaines qui suivent ; il est préférable de faire une infiltration qui soulagera les symptômes et permettra de programmer l’intervention dans une période favorable.

Après l’intervention

Après une libération endoscopique du canal carpien, la mobilité des doigts est recommandée immédiatement. La reprise de l’instrument est recommandée dès le lendemain, de façon progressive. Bien sûr les douleurs limiteront la force et la dextérité pendant plusieurs semaines. La reprise complète de la pratique sans aucune gêne demande entre 3 semaines et 6 mois suivant l’instrument.

 Conclusion

Le syndrome du canal carpien n’est pas plus fréquent chez les musiciens que dans la population générale. Le traitement médical est essentiellement représenté par les infiltrations de cortisone. Ce traitement a très peu d’ inconvénients à condition d’ être pratiqué dans de bonnes conditions techniques. Il est en principe réservé aux formes débutantes.

Chez le musicien, il peut être particulièrement utile car il permet de ne pas arrêter la pratique de l’instrument. Lorsque les symptômes sont très gênants, une ou plusieurs infiltrations peuvent permettre de temporiser et de choisir la date de l’ opération en fonction des impératifs, de la pratique instrumentale et des concerts.

Après une intervention, la reprise instrumentale peut être immédiate mais de façon progressive.